Apprendre, partager, enseigner en Polynésie française

  Actualité Newsletter Livre d'or Contacts FAQ
 
 


 
  Accueil  

PE1 : Préparer le CRPE
 Français  
 
 
 
PE2 : Lumière sur le professeur stagiaire
 
 Stages

Suivez-nous
Facebook Flux RSS
 
 
15/7/2011Le Heiva 2011

 

 
Porteur de fruits : Heiva Tū'aro Mā'ohi Le Heiva, portant avant 1985 le nom de Tiurai (de par sa période ; Tiurai signifie juillet en Tahitien), rend hommage à la culture polynésienne à travers des manifestations culturelles, des jeux traditionnels et des compétitions sportives.

Ces festivités comprennent notamment les prestations des écoles de danses, l’élection de Miss Tahiti, les concours de chants et danses, les reconstitutions historiques et les « ‘ōrero » des écoles primaires (art oratoire anciennement réservé à une élite, choisie par les ari’i comme messager, chargée de réciter les discours et formée par des tahu’a.

Aujourd’hui, les spectacles de ‘ōrero visent à valoriser et transmettre le patrimoine linguistique et culturel polynésien).

Le Heiva Tū'aro Mā'ohi est composé de sports traditionnels tels que  :

- Les courses de pirogues lagunaires et en haute mer, mobilisant massivement des rameurs prêt à se disputer la victoire avec ardeur, vêtus de pareu et couronne de fleurs.

- Les lancers de javelots : une noix de coco est fixée à une hauteur de près de 10m sur un poteau. Les concurrents positionnés à une certaine distance, doivent lancer leur javelot de Pūrau (Hibiscus tiliaceus taillés, d'une longueur de 2 à 4 mètres) de sorte qu’il reste fixé dans la noix de coco.

- Les levers de pierres : Un nombre d’essais restreints permet aux participants de hisser à leur épaule le plus vite possible une pierre pesant de 80 à 100 kilos, tout en restant stable sur leurs deux pieds.

-  Les courses de porteurs de fruits : Un levier et une charge, entièrement constitués de fibres naturelles, fruits et tubercules pesant de 30 à 50 kilos sont portés par les coureurs, seuls ou en équipe, sur des distances de 800 à 1300 mètres. Tenue locale de rigueur.

Pour visionner des vidéos du Heiva de 1986, rendez vous sur le site de l'institut de la communication audiovisuelle.

Le saviez-vous ?


   Le coût total du Heiva Tahiti 2011 s’élève à 100 millions FCFP. Cet investissement considérable permet de préserver cette fête populaire, haute en couleur !

   Les répétitions des danseurs débutent des mois avant le Heiva afin d'exceller le jour J. Leurs troupes sont parfois si nombreuses qu'ils sont obligés de répéter dans la rue, par manque de local adapté.

   Aux temps anciens, les Polynésiens, festifs, ne rataient pas une occasion de célébrer un Heiva. Au début du XIXème siècle, les missionnaires christianisant la Polynésie jugent ces festivités peu conformes à leur vision religieuse de la fête. Ils interdisent ces rassemblements sous le règne de Pomare II, en 1819, puis de la Reine Pomare  IV en 1842 ; le Tiurai n’est rétabli qu’en 1880.
 
 
 

 
• Autres articles pouvant vous intéresser :
2011 - 8ème Festival des Arts des Marquises
2 000 livres des Fables de la Fontaine en tahitien offerts aux écoles
40 ans après : Le retour de Papa Penu et mama Roro
Semaine de la langue Maori : Windows 7 en Maori
2011 : L'année des Outre-Mer


• Catégorie liée :
culture polynesienne 2011


• Commentaires : Cliquez ici pour laisser un commentaire

 
Aucun commentaire n'a été laissé sur cet article. Soyez le premier à laisser un commentaire !
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement