Apprendre, partager, enseigner en Polynésie française

  Actualité Newsletter Livre d'or Contacts FAQ
 
 


 
  Accueil  

PE1 : Préparer le CRPE
 Français  
 
 
 
PE2 : Lumière sur le professeur stagiaire
 
 Stages

Suivez-nous
Facebook Flux RSS
 
 
 
 
  L'évaluation, selon Odile et Jean Veslin


Corriger des copies, évaluer pour former - Odile et Jean Veslin


Voici une prise de notes d'éléments très intéressants de ce livre. Cela vous inspirera sûrement quelques idées pour évaluer vos élèves et du moins vous donnera envie de lire ce livre remarquable !

Annotation utile


Lisible
Appréciation générale qui nuance la note chiffrée (modulation + ou – selon l’élève)
Cohérente avec elle-même, les objectifs poursuivis par l’enseignant dans la tâche
Accompagnée éventuellement d’un barème, décomposition des composants de la note
Qui désigne des points positifs, des réussites précises. Encouragements précis.
Qui sélectionne, parmi les erreurs, celles qui sont « prioritaires », hiérarchie
Qui localise clairement l’erreur, précise la nature (ex : lecture de la consigne) et oriente la correction
Fait référence à des critères précis donnés préalablement
Renvoie au cours, à des apprentissages, devoirs précédents
Donne des conseils, des méthodes
Incite l’élève (éventuellement par des questions précises) à identifier ses erreurs, à répertorier ses erreurs (par exemple sur une fiche de suivi ?), s’auto corriger, s’auto évaluer. Un temps est prévu pour cette correction.
Jugement sur la production et non l’élève
Distinction entre démarche et résultat
Limitation des remarques. Evaluation en fonction des objectifs : ne pas tout relever (ex : orthographe). Choisir, sélectionner parmi les erreurs, celle que l’on juge le plus utile à signaler.
 
Dialoguer avec l’élève
Admettre l’erreur
Manifester de la bienveillance
Favoriser la décentration
 
Choisir une formulation, un ton, qui ne mettent pas l’erreur hors-la-loi
Ecrire des annotations positives : Reconnaître les réussites partielles, même modeste. Ex : tu as bien mis un titre. Tu as bien décris
 
Il ne s’agit pas de corriger des copies, mais d’évaluer des productions
 
Tâche complexe
Opérations (tâches /actions/procédures) élémentaires = critères d’évaluations
 
Tâche concrète : faire le compte rendu de telle expérience
Type de tâche : faire un compte rendu d’expérience
 
On ne se contente pas de repérer la présence ou l’absence d’une procédure. On regarde si chacune est effectuée correctement.
 
Communiquer à l’élève :
Critère a : action/procédure/opération faite et réussie : la façon dont je m’y suis pris pour réaliser cette action-là est efficace : je continuerai à la mettre en oeuvre
Critère b : action non faite : il faudra que j’essaie de m’y prendre autrement si je veux réussir
Critère c : action faite et non réussie : j’ai eu raison d’essayer cette action : je continuerai à penser à le faire ; mais il faudra que j’essaie de m’y prendre autrement si je veux la réussir
Avec les critères explicités : Dialogue avec l’élève qui peut mieux dire ce qu’il essaye de faire à l’enseignant : autoévaluation
 
Comment as-tu fais pour...
Comment as-tu décidé que...
Comment as-tu repéré ceci...
 
Les critères d’évaluations sont des repères utiles et ouvert pour réaliser une tâche. Ils servent à pousser celui qui apprend à repérer une décision importante. Il ne faut pas le dispenser des choix d’auteurs ni les inciter à réaliser des productions stéréotypées.
Pour déterminer les critères, on peut :
Partir des erreurs commises par les élèves ou de leurs réussites, des « indicateurs » concret (phrase, paragraphe,  présentation attendue, ex : le personnage s’appelle Kevin) dans une tâche précise de l’élève. On en déduit le critère : Ex : « conserver dans la suite d’un récit les caractéristiques des personnages du texte support » erreur générale récurrente des élèves.
Partir de l’énoncé/ la consigne de la tâche. Ex : « citer la photosynthèse » le critère sera-> « je cite la connaissance qui convient et je le fais sans erreur »
Partir directement du  type de tâche général : nécessite une représentation de la tâche et ses composantes
Partir de la conception qu’on a de la discipline de la tâche donnée. Ex : en biologie : citer es faits concrets, des éléments de la réalité, des connaissances, mettre en relation faits entre eux, ainsi que faits et connaissances, émettre des hypothèses, les valider etc. -> verbes fondamentaux à retrouver dans la tâche en question
Partir de macro-critères : critères présents dans différentes tâches et disciplines, on fait alors des familles de critères. Ex : il est fréquent que dans une tâche on ait à citer des connaissances propres à cette discipline là, citer des cas concrets
Combiner les méthodes
 

Exemples de critères généraux


Repérer dans le sujet ce qui est nécessaire (prendre en compte les données de l’énoncé, répondre à ce qui est demandé dans l’énoncé, repérer dans le support les éléments à utiliser)
Rédiger de façon communicable (correction de l’orthographe, de la syntaxe, présence de paragraphes, écriture lisible…)
Citer des exemples concrets
Citer des idées générales (connaissances de la discipline)
Mettre en relation idées générales et exemples
Mettre en évidence de qui est important (plan, introduction et conclusion)
 
P74 : exemples de critères
Actions à faire     (ce qu’il faut faire) Critères de réussite (ce sera réussi si…)
pour que le texte soit communicable :
identifier le texte avec un titre
en accord avec le texte
donne envie de lire
pour que le texte soit scientifique :
citer des éléments de la réalité
seulement ceux qui sont en rapport avec l’essentiel du sujet
 
Critère procédural et critère de réussite de la procédure
Critère procédural : action faite mais non réussie = c’est bien d’essayer de faire cette action. C’est mieux que l’absence d’action
Tu as raison d’essayer cela, continue à le faire = encourage et fournit informations utiles. Certaines difficultés sont dues au fait que l’élève croit qu’il a tort d’essayer
 
Exprimer le critère avec l’infinitif
= Neutre, comme le critère : propriété de la tâche, la prise de distance facilite le travail sur ses productions
Tu = impératif, injonction, conseil : je le fais car il le dit
Je = adhésion hâtive de l’élève
 
Les critères doivent être explicites +
Les élèves doivent s’approprier les critères
 
La réussite d’une action est corrélée à son orientation : La représentation du but à atteindre et ce qu’il faut faire pour y arriver
Elève a besoin d’essais erreurs pour donner du sens aux critères
Phase d’orientation : travailler davantage sur cela à la place de la réalisation
Phase de réalisation
Phase d’évaluation : travailler davantage sur cela
 
Il faut éviter une liste de critères élaborés par l’enseignant seul donnée aux élèves et déjà complète
Il vaut mieux faire apparaitre les critères progressivement.
Exemple : demander aux élèves de formuler quelques grands repères
Elèves : réfléchir à un problème, à une question ; donner son avis ; essayer de convaincre son lecteur ; trouver des arguments ; appuyer ses idées par des exemples
L’enseignant a ajouté : faire tout cela selon certaines normes
Tout n’est pas précis, mais des repères sont données
 

Exemples de travaux visant l'appropriation de la liste de critères


Tout ce qui incitera l’élève à faire des allers retours entre les critères (abstraits) et des indicateurs concrets correspondant
Le passage des indicateurs aux critères dans une production déjà faite : dresser une liste de critères en examinant des productions d’élèves
Le passage des critères abstraits aux indicateurs concrets qui correspondraient à un sujet précis dans des productions réalisées par d’autres années (auteurs inconnus supprime des parasitages)
Les élèves doivent repérer ce qui est réussi et ce qui ne l’est pas
On relève les indicateurs particuliers et on cherche à les traduire en termes généraux valables pour toutes les productions du même type
Les élèves trouvent les critères qu’ils connaissent déjà et se les approprient
 
p91 résoudre un problème d’algèbre - critères procéduraux
Repérer les données
Repérer les questions posées
Traduire chaque phrase de l’énoncé en langage mathématiques
Repérer les outils à utiliser
Formuler le problème à l’aide de cet outil
Faire les calculs pour trouver la réponse (manipuler l’outil)
Vérifier la cohérence du résultat avec le concret
 
p 105
Ce qu’il faut faire c’est réussi si
1 Cerner le sujet
Repérer le problème posé le (les) point(s) à débattre
pas d’erreur sur le sens général du sujet
pas de dérapages hors sujet
s’il y a plusieurs points à traiter ils le sont tous
2 Déterminer son avis, sa position
(de quoi veut-on convaincre le lecteur)
il faut toujours s’en faire un(une)
l’opinion peut-être nuancée
etc.
 
On peut aussi chercher des critères mis en œuvre avec réussite ou non, ou des critères absents. Dans ce cas la liste de critères est à la disposition des élèves et sert de référence. Fonction : l’élève s’approprie quelques critères : en utilisant comme référence la liste de critères, repérer des réussites et des erreurs dans une copie
 
On peut aussi après avoir donné un sujet se rapportant à une tâche dont les élèves ont en main les critères, leur demander, sans faire le devoir, d’annoncer à quoi correspondent aujourd’hui concrètement, chaque critère ou certains d’entre eux = traduire les critères en indicateur concret correspondant (actualiser les critères).
 
L’enseignant peut aussi en corrigeant les copies, pointer quelques erreurs et quelques réussites en indiquant sous forme codée les critères auxquels elles se réfèrent (ici critère n°2 réussi, ici critère n°3 fait, mais non réussi et en tête de la copie critère n°1 non fait.
Demander ensuite à l’élève : explique par des phrases ce que tu as réussi et ce que tu n’as pas réussi. Cela pousse l’élève à regarder la liste de critère et trouver celui qui correspond à l’indication qu’il à reçue et à le verbaliser
 
Lorsque les élèves sont sur le point de rendre un devoir on peut leur dire : prenez votre liste de critère et indiquez en bas de votre copie une ou deux choses que vous pensez avoir réussies, une ou deux choses que vous pensez ne pas avoir su faire/difficulté
 
En situation d’apprentissage, des élèves viennent de réaliser une production. On peut leur demander d’échanger leur copie deux à deux et de se donner mutuellement un conseil pour que chacun améliore sa production en s’aidant de la liste de critères pour formuler le conseil. Examiner la production (premier essai) qu’un autre vient de réaliser et lui donner un conseil pour qu’il l’améliore
 
Les élèves peuvent regarder deux ou trois de leurs derniers devoirs et repérer un ou deux critères qu’ils ont mal maîtrisés jusqu’alors et qu’ils essaieront de maîtriser à la prochaine occasion. Lors de cette prochaine occasion, on leur demande avant de commencer leur travail d’annoncer, liste de critères en main, ce sur quoi va particulièrement porter leur attention, en fonction de ce qu’ils avaient repéré dans leurs deux ou trois productions précédentes. : repérer un ou deux types d’erreurs qu’on pense pouvoir éviter à l’avenir (p107)
 
Hypothèse :
La prise de conscience par l’élève de ce qu’il est en train de faire est une condition favorable à l’apprentissage
L’élève peut conserver, modifier sa façon de faire et la transférer à des situations du même type
 
Processus variés pour réaliser une même procédure seln Pierre Vermersch, donc chacun doit trouver sa façon personnelle de résoudre le poblème.
Pour le novice : Prise de conscience de ce qu’il est en train d’essayer et les retours précis (réussite, erreur, sur quoi) que lui fait le correcteur sont des aides précieuses
 

Aider l'élève à résoudre les problèmes révélés par les critères

p109
Repérer le problème à résoudre
 
Si l’élève ne comprend pas, montrer comment, dans cette production précise, se manifeste le critère considéré., comment faire ou comment on croit faire (« pour faire cela, moi je fais comme cela »). Ex : utiliser une connaissance en science qui convient c’était dire « à la fin du printemps la quantité de sels minéraux diminue dans les océans parce que le plancton végétal plus abondant se nourrit des sels végétaux.
Possibilité et non impératif
Les critères sont des obligations, des problèmes à résoudre obligatoirement, mais on peut les résoudre de façon personnelles. Il est bon de proposer plusieurs possibilités, « tu peux essayer comme cela ou comme ceci », interroger l’élève avant de proposer sa solution : comment tu fais toi quand tu as ce problème à résoudre ?
 
Correction individualisée p 112
Exercice individuel : nomme une ou deux de tes réussites. Nomme une ou deux de tes erreurs, et, pour chacune, propose une amélioration.
Exercice collectif :a quoi, de façon précise, correspondait tel critère dans ce devoir là : deux ou trois élèves sont invités à lire leur réponse. Cela peut ne prendre que 5 min.
Comment avez-vous fait pour réaliser telle action : explicitation de ses propres processus. Les élèves comparent leurs techniques personnelles par groupes de 3 ou 4. Cela peut-être suivi ou non d’un échange collectif, si c’est un point particulièrement problématique, on peut établir alors, en dehors de la liste de critères, un nouvel outil du genre : pour faire telle action qui correspond à un des critères, je peux faire ceci, ou cela, ou encore telle chose.
p 113 exemple
 
L’élève adopte un nouveau regard sur sa copie : tremplin pour les travaux à venir
Poser des questions pour stimuler ce changement de point de vue :
As-tu réussi ce que tu croyais réussir ?
Qu’as-tu réussi pour la première fois ?
De quoi tiendras-tu compte la prochaine fois ?
Quelle erreur t’engages-tu à supprimer ? Dans combien de temps ?
 
 
Renvoyer les élèves qui ont raté une chose à ceux qui l’ont réussi, proposer 2 exemples différents
A la maison : amélioration d’un travail antérieur
Passer moins de temps à montrer et accorder plus de temps aux essais et à la remise des travaux : faire à la place et non en plus.
 

Correction individualisée gérable

P116
Condition :
Il faut que l’élève voit que ça lui est utile
L’enseignant doit annoncer qu’il y aura un contrôle, qu’on s’entraine pour réussir ce contrôle : qu’est ce que tu penseras à refaire pour réussir le contrôle ? Qu’est ce que tu essaieras de faire autrement ?
 
Il faut abandonner le désir d’exhaustivité, mieux vaut un travail ciblé et conscient
Ne pas relever toutes les erreurs, ne pas toujours vérifier le travail des élèves. L’enseignant n’a pas à savoir ce que l’élève a fait de toutes ses indications, accepter de ne pas tout suivre, laisser mijoter l’interrogation. La réponse que se fait l’élève de nos incitations suffit à provoquer une prise de conscience.
Si l’enseignant contrôle si le travail est fait et bien fait, l’élève se sentira déchargé de ce suivi, il le fera par obligation
 
En fonction du degré d’autonomie de chaque élève on prendra plus ou moins de chose en charge, on vérifiera plus ou moins d’éléments
 
A tous demander des renseignements sur certaines de leurs réussites et erreurs et poser des questions incitantes.
Pour les plus autonomes, on se contente de cela et des questions qu’ils se posent.
Pour d’autres, on vérifiera que le travail suggéré à la suite de la remise des copies a été fait
 
Pour d’autres, on sera plus directif, mais en tâchant d’intervenir pour que l’attitude de l’élève change un peu :
Quand penses-tu parvenir à éliminer telle erreur ? Si dans ton prochain exercice d’entrainement tu ne me dis pas sur quoi tu essaies de travailler, je ne le corrigerai pas.
Qu’as-tu réussi ici ? Qu’as-tu raté ? Que cherches tu particulièrement à réussir dans cette production ? Qu’est ce qui t’as posé un problème particulier ? Qu’est ce que tu essayeras de faire autrement la prochaine fois ? Inciter l’élève à se centrer sur les problèmes qu’il rencontre, sa façon de les aborder et les résultats de ses essais
  • Dialogue enseignant / élève
  • Dialogue élève / lui-même essentiel
Pour certains : en tête de copie on demande de rappeler ce qu’ils essaient de réussir aujourd’hui.
Pour d’autres on garde une trace de leur engagement précédent, pour d’autres on aura vérifié les urgences et on leur rappellera.
 
L’évaluation passe d’un outil pour l’enseignant pour contrôler à un outil pour l’élève pour apprendre.
 
Autoévaluation = discours sur sa pratique (G. Nunziati), verbalisation (orale ou écrite) sur ce qu’on a voulu réaliser, sur ce qu’on est en train d’essayer, sur ce qu’on fait, sur la façon dont on s’y prend, sur les réactions dont on prend conscience, sur ce qu’on remarque en comparant ce qu’on a fait à la norme de référence, sur ce qu’on conservera ou qu’on essayera de modifier par la suite. C’est s’exprimer explicitement sur soi en face de la tâche dans le passé, dans l’action et dans le futur.
 
Fiche de suivi / fiche navette / fiche-boîte aux lettres…
Devoir de l’élève conservé, traces des échanges entre l’élève et l’enseignant, évolution, faciliter les retour en arrière et la projection dans l’avenir
 

Et la notation

P131
Distinguer la fonction sommative et la fonction formative de l’évaluation, explicitement aux élèves
 
Performance : savoirs, actions, dans certaines conditions
Contrôle : mise en relation explicite entre les tâches proposées et les objectifs poursuivis. Les compétences doivent avoir été exercées.
Critères en fonction desquels les tâches proposées en épreuve seront évaluées
 
Etablir un barème : paquet de points pour un paquet de critères, affiner ensuite à l’intérieur
Hiérarchiser les critères pour décider de leurs points, en fonction des objectifs
 
Si la fourchette des notes est large, les élèves se donneront davantage la peine de travailler
On peut garder des points bonus à attribuer pendant les contrôles, pour des imprévus
Dans l’évaluation sommative, ma totalité des critères est prise en compte, tous les élèves sont logés à la même enseigne
 
 
 






Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement