Apprendre, partager, enseigner en Polynésie française

  Actualité Newsletter Livre d'or Contacts FAQ
 
 


 
  Accueil  

PE1 : Préparer le CRPE
 Français  
 
 
 
PE2 : Lumière sur le professeur stagiaire
 
 Stages

Suivez-nous
Facebook Flux RSS
 
 
 
 
  CRPE Histoire Films : Le nazisme au cinéma




De Nuremberg à Nuremberg




Réalisé par Frédéric Rossif
Commenté par Philippe Meyer
Film documentaire français d'une durée de 3h58mn
Produit en 1989


Résumé :


De Nuremberg à Nuremberg - Partie 1 et 2

De Nuremberg à Nuremberg : le nazisme finit là où tout avait commencé. Au début du règne d'Hitler, à partir de 1933, des grands rassemblements nazis se déroule à Nuremberg; après sa chute, le procès historique des crimes nazis a aussi lieu à Nuremberg, de 1945 à 1946.

De Nuremberg à Nuremberg - Partie 3 : Les bonus

Les bonus du dvd sont des témoignages de Philippe Meyer, Edouard Husson, Marc Ferro et Annette Wieviorka.
 
Philippe Meyer Philippe Meyer explique "Pourquoi ce film ?" :
L'objectif est de transmettre les faits pour que les générations à venir puissent comprendre comment le monde en est arrivé à vivre de tels évènements.

"Archives ou fiction?" :
Ce ne sont pas juste des archives bouts à bouts, mais un pointilleux travail de montage.

"Peut-on tout dire en quatre heures?" :
Des évènements peuvent être grossis ou amoindris, le film, vieilli par des connaissances renouvelées sur les évènements, mais l'histoire est globalement restituée.

"Le nazisme n'intéresse plus personne?" :
Le film a reçu des oppositions pour des raisons politiques (campagne présidentielle en cours) sociales (division du peuple), il n'intéresserait soit disant plus personne...
 
Edouard Husson Edouard Husson s'attarde sur "La question allemande de 1918 à la Shoah".

"1914-1918 : Matrice catastrophique du XXème siècle"

La croisade contre les régimes autoritaires de la première guerre mondiale a des répercussions qui débouchent sur la constitution de nouveaux régimes autoritaires.

"Les fascismes ou l'expérience positive de la guerre" :
Les pays non satisfaits par le règlement de paix de 1918 voient leur nationaliste exacerbé déboucher notamment dans le cas de l'Allemagne nazisme sur le racisme.

"L'arrivée d'Hitler au pouvoir" :
Les raisons de la chute de la république de Weimar sont selon Edouard Husson l'inflation de 1923, la crise économique de 1929 et le révisionnisme allemand (haine du Traité de Versailles)

"Un vide politique européen exploité par Hitler" :
La société des nations rassemblant  les puissances européennes effectue une tentative de réorganisation de la sécurité européenne. Ils prévoient une réintégration progressive des vaincus, notamment l'Allemagne et la Russie soviétique. Hitler profite des failles de cette organisation politique.

"La diplomatie Hitlérienne" :
Hitler joue sur le manque de concertations entre les nations. Les accords de Munich en 1938 réunissent Allemagne, France, Italie et Royaume Uni, pour éviter la guerre. Ni l'Allemagne, ni la Russie soviétique ne sont conviées au Traité de Versailles de 1919. Le Pacte germano-soviétique peut notamment s'expliquer par cette exclusion.

"L'antisémitisme : le lien de toutes les haines hitlériennes" :
Le programme antisémite hitlérien initial est loin en deçà des crimes du nazisme. Dans Mein Kampf, Hitler est plus explicite concernant la conquête de l'espace vital et l'expulsion des juifs de l'Allemagne.
"La mise en oeuvre rationnelle de l'extermination" :
L'extermination de 6 millions de juifs est un projet prévu par Hitler et concrétisé. Plus l'Allemagne s'étend, plus les populations juives sont grandissantes. L'Allemagne étant en guerre, les blocus politique et économique l'empêchent de contraindre ces populations à l'émigration. Elle prévoit donc, après une victoire rapide contre les soviétiques, de les déporter en Sibérie. Devant l'inattendue résistance soviétique de l'hiver 1941, le régime nazi et les SS (Schutzstaffel : escadron de protection) réfléchissent aux moyens de se débarrasser des juifs dans l'immédiat.
Concours allemand de photos de juifs abattus

"De l'adhésion du peuple allemand" :
La population allemande projette ses aspirations sur Hitler, pensant qu'il modère le parti nazi, elle lui sait gré d'avoir ramener une dynamique économique.

Marc Ferro Marc Ferro  s'intéresse à "La lutte pour l'hégémonie 1939 - 1945".

"Comment s'explique la débâcle française ?" :
La débâcle s'explique par une mauvaise organisation militaire et politique, un mauvais équipement, un pacifisme dominant et le manque de volonté de se battre. Ayant subit la première guerre sur leur propre territoire, les français voulaient éviter la guerre à tout prix.

"Quel est le programme de Pétain ?" :
Pétain menace de démissionner si la France ne signe pas l'armistice. Il juge que la défaite est due au gouvernement du front populaire, à une éducation trop passifiste. Il proposait un régime républicain, mais arrivé au pouvoir, il modifie les institutions et met en place sous le gouvernement de Vichy un régime autoritaire sous l'égide de "Travail, famille et patrie". Il a pris quelques mesures antisémites.

"Qui a résisté ?" :
Les français sont des millions à  résister en écoutant la radio, cachant un juif ou résistant, donnant des vêtements. Dès 1940, une résistance s'établit notamment avec quelques anciens militaires réfractaires, puis s'étend avec les appels de De Gaulle auprès de la population. La résistance était sous estimé : elle aura permis une communication de qualité, une accélération des déplacements des alliés et un ralentissement de ceux des ennemis

"Que représente De Gaulle ?" :
Le 18 Juin, De Gaulle est peu connu. L'idée qu'un militaire exerce un rôle politique est impensable. Monnais s'étonne que De Gaulle lance un appel sans son autorisation. De Gaulle nie la légitimité de l'armistice. A la libération, il ignore la résistance intérieure de la France.

"Comment l'Angleterre a t'elle résisté ?" :
Hitler a hésité à attaquer l'Angleterre rapidement, ce qui lui a permis d'organiser sa défense. Les militaires anglais avaient davantage de liberté d'action que les allemands, qui devaient attendre les ordres du Führer.

"Quelle était la stratégie d'Hitler face à l'URSS ?" :
La première stratégie envisagée par Hitler consistait à se débarasser des ennemis de l'Ouest avant de se retourner contre la Russie. La deuxième, appliquée durant le Pacte germano-soviétique, était de s'allier à la Russie et de partager le monde. Ce Pacte, contre nature, n'a pas été compris par les communistes dont certains ont même démissionnés.

"Comment s'explique la victoire soviétique ?" :
Les soviétiques considérés comme une race inférieure par les allemands, ont brisé la Wehrmacht; en arrêtant l'armée allemande à Stalingrad et dans la supériorité de leur bataille de chars de combat. Les troupes allemandes sous estimant l'ennemi, se sont séparées et n'étaient pas préparés à l'Hiver de la Russie.

"Pourquoi les Etats-Unis entrent-ils en guerre?" :
De Nuremberg à Nuremberg traite davantage la guerre à l'Ouest que la seconde guerre mondiale dans sa totalité. Elle ne traite pas de la guerre des Etats-Unis contre le Japon, qui les contraindra à utiliser la bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki. La statégie US est plus axée sur les armements que sur les hommes.

"Epilogue : de la guerre mondiale à la guerre froide" :
La guerre froide a commencé en 1919, lorsque Churchill a jugé que le communisme est une nouvelle religion qui s'étendrait et menacerait le monde. En 1940, Churchill et Roosevelt se méfie du nazisme Hitlerien et du communisme Stalinien.
Annette Wieviorka Entretien avec Annette Wieviorka sur le thème "De Nuremberg à la Shoah" :

"Pourquoi juger les vaincus ?" :
La guerre s'achève par une mise en accusation des vaincus dans le procès de Nuremberg et le procès de Tokyo. Le procès détermine ce qui fait crime durant la guerre et met en place des mesures pour que la guerre ne se reproduise pas.

"Que juger ? La rédaction des chefs d'accusation" :
En 1943, Union soviétique, Royaume Uni et Etats-Unis décident que les grands criminels seront jugés. Churchill est partisan d'une procédure expéditive : arrêter et exécuter les criminels. Une cours internationale est décidée pour juger les hauts dignitaires nazis. Les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité sont jugés.

"Qui juge t'on ?" :
On juge les responsables les plus hauts placés du régime nazis dont on a pu s'emparer. Hitler s'est quant à lui suicidé bien avant cela avec sa famille à l'aide un poison, testé précédemment sur son chien. La SS et la SA est mise en accusation. Il est décidé q'uil n'y aura pas de responsabilité collective. On juge des personnes dont l'implication est prouvée par des signatures sur des documents. Ce procès se veut juste et certaines personnes sortent du procès innocentées.

"De la dénazification" :
Le procès de Nuremberg a permis à l'Allemagne de se reconstruire dans un mythe de la bonne Allemagne en dehors d'une poignée de criminels. L'implication des allemands dans le système criminel nazi est plus importante que ce qui fut dit après la guerre.

"Les parts d'ombre du procès" :
Le Pacte germano-soviétique et le massacre des officiers polonais à Katyn sont passés sous silence durant le jugement. Le sort des juifs durant la guerre n'est pas mis en lumière; paradoxalement au grand nombre de documents utilisés lors du procès à ce sujet.

"Les alliés face à l'extermination des juifs" :
Rien ne doit détourner du but de la victoire de la guerre. Sur le million de juifs assassinés à Auschwitz, un sur trois est hongrois. Ils sont déportés à une période tardive de la guerre et sont délaissés des alliés trop occupés à faire la guerre.

"Quand naît la conscience de la Shoah ?" :
Un laps de temps est nécessaire pour qu'en dehors de la population juive, naisse la conscience de l'extermination. A Jerusalem, le procès d'Adolf Eichmann, responsable d'un service de la gestapo, chargé de la destruction des juifs, est le "Nuremberg du peuple juif".


Mon avis :


Le film est composé d'images d'archives de divers provenances, dont le contexte et tout son sens sont éclairés par les pertinents commentaires de Philippe Meyer. Pour lui l'objectif de ce film est non seulement de transmettre les faits, mais aussi une analyse des faits, les rendant intelligibles pour le spectateur. Frédéric Rossif et Philippe Meyer ont par ailleurs eu le soucis de faire un film qui ne serait pas restrictif ou moralisateur, mais reflèterait la complexité des évènements. Le défi semble relevé. Ces impressionnantes images d'archives ne peuvent que marquer les esprits.


Pistes de travail :


De Nuremberg à Nuremberg est un film de référence de la seconde guerre mondiale. Produit en 1989, il reste l'un des éléments de l'enseignement de l'Histoire du XXème siècle dans les lycées et les collèges. Certaines scènes peuvent s'avérer choquantes pour de jeunes enfants.
RIEFENSTAHL Leni, Les dieux du stade (Olympia), 1938
RESNAIS Alain, Nuit et Brouillard, 1956
LANZMANN Claude, Shoah, 1985
SPIELBERG Steven, La liste de Schindler, 1994
CHABROL Claude, L’œil de Vichy, 1992
POLANSKI Roman, Le Pianiste, 2002
MIHAILEANU Radu, Train de vie, 1997
BENIGNI Roberto, La vie est belle, 1998
CHAPLIN Charlie, Le Dictateur, 1940
 
 
 






Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement