Apprendre, partager, enseigner en Polynésie française

  Actualité Newsletter Livre d'or Contacts FAQ
 
 


 
  Accueil  

PE1 : Préparer le CRPE
 Français  
 
 
 
PE2 : Lumière sur le professeur stagiaire
 
 Stages

Suivez-nous
Facebook Flux RSS
 
 
 
  CRPE Reo mā'ohi Techniques de mémorisation


L'un des gros problèmes auquel est confronté un débutant en tahitien, qui souhaite passer le CRPE, est qu'il ne connaît pas ou très peu de mots en tahitien. En effet, si vous ne comprenez pas les mots d'un texte ou des questions, vous avez beau savoir faire des phrases, vous risquez de passer à côté d'éléments cruciaux.

Vous pouvez tenter d'ingurgiter le maximum de mots en les apprenant par coeur, mais c'est très difficile si vous n'appliquez pas quelques astuces. Pour enrichir votre vocabulaire, je vous conseille vivement de faire des liens, de donner du sens à votre apprentissage (hé oui ce qu'on conseille pour les enfants est aussi bon pour nous!).


1 - Essayez de décomposer les mots :
La décomposition est ma technique préférée pour comprendre et mémoriser des mots en tahitien. Elle est valable tant pour les mots composés que pour les mots simples.
 
Exemple :
Māriri ‘ai ta’ata
Māriri : froid ; filariose ; accès de fièvre causé par la filariose 
‘Ai : manger
Ta’ata : homme : personne
  • Le cancer est le froid qui mange l’homme. Poétique, vous ne trouvez pas ?
Matapō : aveugle
Mata : yeux
Pō : nuit
Les tahitiens avaient bien compris qu’être aveugle, ce n’est pas ne rien voir, mais c’est plutôt avoir de la « nuit dans les yeux ».
 
Même si ce n’est à priori pas intéressant de décomposer un mot, il est bon de faire des liens pour le retenir.
Metuapua’a : fougères
Metua : parent
Pua’a : cochon
J’admets qu’il n’est pas très pertinent de comparer une fougère à une « mère cochonne », mais cette curieuse décomposition aura tout de même le mérite de vous aider à vous en rappeler.
 

2 - Pensez à l’idée que le mot représente au sens propre et figuré :
Exemple :
Pātia : javelot ; harpon ; fourche ; fourchette ; piqure ; frapper ; piquer ; perforer ; saigner
Que ce soit une fourchette, un harpon, un javelot etc. à chaque fois on visualise le  geste : piquer.
 
Tāpe’a : anneau ; boucle ; attache ; lien ; arrêter ; retenir ; maintenir ; toucher
Pensez au fait d’être attaché, d’où fare tāpe’ara’a : prison. C’est la maison où l’on est attaché, donc arrêté, retenu.
 

3 - Demandez-vous si c’est un mot emprunté à une autre langue :
Exemple :
Rahipere : raspberry (anglais) : framboise
Pēpe : bébé
Fiva : fever (anglais) : fièvre
 

5 - Inventez une phrase mnémotechnique :
Exemple :
Pa’urā : sécheresse
=  quand il y a la sécheresse, on ne dit « pas hourra »
Pīpī : arroser
Quand on fait pipi on arrose, bref trouvez des petites phrases pratiques pour vous souvenir…
 

5 - Souvenez-vous de phrases, de chants célèbres :
Exemple :
Le haka de rugby « Ka mate ! Ka mate ! » correspond au tahitien « ‘A mate ! ‘A mate ! » : « mourrez ! mourrez ! »
N’hésitez pas à chantonner des chants tahitiens pour vous rappeler d’un mot, d’une structure grammaticale etc.


6 - Pensez aux noms et prénoms tahitiens de vos amis :
Exemple :
Poerava : perle noire
Vāite : esprit ; âme
Tiare : fleur
 

7 – Utilisez les lettres de l’alphabet, les sons :
Exemple :
Inanahi : hier
I comme dans hier, [iɛʁ], contrairement à Ananahi : demain
ō : cadeau pour se présenter ; creuser ; provisions pour un voyage ; présent ; offrande ; don ; entrer 
ō comme dans cadeau [kado] et offrande [ofʁãdə]
 

8 - Opposez les mots tahitiens qui ont des prononciations similaires
Exemple :
A’au : récif
‘ā’au : siège des idées, des sentiments ; intestins ; viscères ; entrailles ; des émotions ; manche d’un outil ; pétiole de feuille, pédoncule de fleur, de fruit ; pierres et débris pour déblayer les murs d’un
  • Je retiens « a’au : récif », à ne pas confondre avec « ‘ā’au : entrailles ».
‘O’e : épée ; glaive
O’e : famine
 
Pua : fleur
Pu’a : savon
 
9 – Etudiez les mots par thèmes
Voici un exemple de classement de lexique tahitien-français par thème que j’ai effectué. Vous pouvez vous en servir pour réviser ou en créer un bien à vous.
Etudiez ensemble les mots qui ont des sens similaires ou traitent du même sujet.
 
Exemple :
Hono : lien ; joindre ; boisson ou nourriture après une beuverie, un médicament pour faire disparaître le goût désagréable ; file ; rangée de chaume d’une brasse
Nati : lien ; bien fixé ; attacher ; lier avec une corde
‘āmui : s’unir ; union ; se rassembler ; se joindre ; ensemble
Tāhō’ē : s’unir
 

En conclusion, il faut toujours chercher à faire des liens dans son esprit pour mieux se souvenir des mots rencontrés.
 
Vous avez une autre technique ? Envoyez-moi un email pour la partager.
 
 
 






Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement